Information


Photographie: Gaizka Peñafiel





Gaizka Andollo: cajón flamenco, djembe et percussions;
Aitor Esteban Etxebarria: guitare basse électrique et bertsoak;
Iker Lope de Bergara: voix, flutes et albokak;
Ibon Ordoñez: voix, guitare, bouzouki et mandoline;
Eneritz Gorritxategi Lariz: voix et accordéon diatonique;

Ensorcelés par des anciennes chansons basques traditionnelles, ils ont démarré le projet musical qui deviendra dans le quintette biscaïen Kherau dans le printemps de 2007  .

Une combinaison musicale qui révèle la volonté de fusionner tradition et l'innovation,  ils ont maintenu toujours un équilibre entre le recueil de chansons traditionnelles et les chansons de propre création, en donnant une interprétation contemporaine aux traditionnelles et en créant de structures pop/rock pour les propres créations ; tout interprété au moyen des plusieurs instruments traditionnels internationaux.

On peut remarquer deux événements dans le parcours de Kherau avec la publication de ses deux travaux: MUNDUAN ORTOZIK (Baga-Biga 2010) et AUKHERA (Gaua 2014). C’est remarquable, dans les deux disques, la base rythmique crée par la percussion (cajón flamenco), la guitare basse et le bouzouki irlandaise ; accompagné avec  mélodies de la flûte et l'accordéon diatonique (trikitixa) et les différent voix et chœurs. Il y a un clair développement naturel du son entre les deux disques, dû -dans certaine manière- au développement du propre groupe; c'est justement celui-ci l’objectif du groupe: la poursuite de la transformation constante.

Ils offrent un spectacle puissant et énergique, mais aussi  ils disposent de temps pour les chansons avec un tempo plus lent, qui rapportent une touche intimiste à un répertoire plein de contrastes. Avec l'objectif d’avoir un spectacle unique et différent chaque fois, ils toujours changent quelques détails et formes de spectacle, et souvent, la poésie apparaît de la main des bertsos (chanson basque traditionnelle improvisée).